Do you Need Wine ? Place à NEEDWINE la plateforme en passe de révolutionner le commerce du vin en BtoB

Do you Need Wine ? Place à NEEDWINE la plateforme en passe de révolutionner le commerce du vin en BtoB

Connaissez-vous le nouveau concept lancé par Benjamin Moreau ?

Non ? Alors soyez prêts…! Benjamin Moreau veut bousculer les codes du marché BtoB du vin avec sa nouvelle plateforme Need Wine pour les professionnels du vin !

Mais qui est Benjamin Moreau ?

Diplômé de l’IPC Vins & Spiritueux de Bordeaux, et titulaire d’un Master ESC Grand Ecole à KEDGE Business School, ce jeune entrepreneur bordelais a l’innovation dans le sang !
Passionné de vin, de gastronomie, de rencontres et de réseaux sociaux, il a crée en 2014 le concept de «Wine Apéro», le rendez-vous des amateurs de bons vins et de belles rencontres, pour échanger et déguster, dans un lieu différent à chaque soirée, en toute convivialité.
Benjamin Moreau a fait ses armes en tant que manager commerce au secteur « liquides » à Auchan Bordeaux, puis chez Bernard Magrez, au poste de responsable commercial et événementiel, puis de chef de projet innovation et marketing. 

Place à NEEDWINE : comment révolutionner le commerce du vin en BtoB ?

Lancé officiellement le 25 octobre dernier, NeedWIne c’est :

  • Une plateforme d’appels d’offres de vins en ligne,
  • une place de marché inversée dédiée uniquement aux professionnels du vin (acheteurs & vendeurs),
  • Une mise en relation directe entre professionnels du vin sans intermédiaires,
  • Un système simple et efficace.

Fini le démarchage par les vendeurs de vin, les règles du jeu sont inversées. Ce sont les acheteurs qui publient sur la plateforme en ligne leurs besoins en vin, via un système d’appel d’offres, afin de trouver rapidement et au meilleur prix les bouteilles qu’ils recherchent.

NEEDWINE

Un site : www.need-wine.com

Contact : Formulaire

Totalement gratuite pour les acheteurs, NEED WINE leur permet d’emettre des « appels d’offres » et une mise en relation avec de nombreux vendeurs.

Pour les vendeurs, un excellent moyen de conclure de nouvelles affaires. Ce n’est qu’après un premier essai gratuit (avec un accès illimité aux appels d’offres) jusqu’à la deuxième offre acceptée par un acheteur, qu’un abonnement leur sera proposé : un excellent moyen de tester l’efficacité du système ! 

Et surtout ce qui est important à souligner est que NEED WINE ne prélèvera AUCUNE commission sur les transactions. Pourquoi ? Simplement car cette plateforme a exclusivement une rôle de mise en relation. Elle n’intervient pas dans le paiement ou l’acheminement du vin mais simplement dans l’adéquation entre vendeurs et acheteurs (mise en relation intuitive et efficace via des appels d’offres).

NEED WINE ? Comment ça marche…

Grâce à de nombreux critères, l’acheteur va effectuer une recherche personnalisé « à la carte » (nom du vin, couleur, millésime, quantité, pays, appellation, durée de l’offre…).

Les vendeurs quant à eux, pourront répondre en proposant leurs tarifs aux acheteurs. Ces derniers choisiront, par un simple clic «  »Etudier l’offre »., et pourront négocier en toute confidentialité les propositions et en définir les termes avec les vendeurs sélectionnés. Les acheteurs resteront libres d’accepter ensuite ou non définitivement ces offres.

L’avantage de Need Wine est qu’il permet aux acheteurs de rester anonymes. Leur nom ne sera communiqué qu’aux vendeurs qui remportent l’appel d’offres.

Un pari « Gagnant-gagnant »

La mise en relation directe assurée par NEED WINE simplifie les relations d’affaires, permet des transactions beaucoup plus rapides et un gain de temps considérable dans les relations d’affaires pour ces professionnels du vin !

Les + pour les acheteurs (Centrales d’achats, CE, agents commerciaux, importateurs, restaurateurs, etc.)

  • Recherchez, trouver rapidement et efficacement de nombreux vins. (château précis ou un vin rare, etc.)
  • Comparez les prix et trouver les meilleurs prix
  • Appel d’offres centralisé et/ou spécifique selon plusieurs critères (Région viticole, une appellation, un pays ou un cépage, etc.)
  • Mettez en concurrence sur une même recherche
  • Trouver de nouveaux fournisseurs
  • Pas de commission

Les + pour les vendeurs (Châteaux, domaines, négociants, distributeurs, agents commerciaux, etc.)

  • Répondre rapidement à des appels d’offres.
  • Trouver de nouveaux marchés, débouchés
  • Trouver de nouveaux clients,
  • Réaliser davantage de ventes, booster son Chiffre d’Affaires
  • Conclure rapidement et simplement des transactions
  • Livraison et paiment maîtrisés
  • Réponses aux appels d’offres gratuites et illimitées, jusqu’à la deuxième offre acceptée par un acheteur.

You need wine ?

Actualités de Need-Wine sur les réseaux sociaux :

Les étoiles brillaient en Pessac Léognan pour ces 27e accabailles

Les étoiles brillaient en Pessac Léognan pour ces 27e accabailles

Tous les ans, un RDV spécial réunit chefs étoilés et grands crus bordelais : les accabailles

Depuis 1989, les Crus Classés de Graves accueillent à tour de rôle la grande soirée des Accabailles, ce dîner, qui doit son nom au mot Accabar en dialecte Occitan, et qui commémore la fin de la période des vendanges. 

Pour cette 27ième édition, c’est au tour d’Olivier Bernard propriétaire du Domaine de Chevalier de recevoir en grande pompe plus de 61 étoiles venant de toute la France.

Pour cette soirée, Jean-Jacques Bonnie, Président de des Crus Classés de Graves, a invité avec l’ensemble des 14 Crus Classés de Graves, les représentants des plus belles tables de France et du monde, la presse et les officiels de la région, à ce moment d’exception. Au total plus de 200 personnes réunies pour un moment inoubliable.

Millésime 2015 à l’honneur

L’occasion pour les plus grands crus en Pessac Léognan de nous présenter leur cuvée 2015 avant de découvrir un repas entièrement dédié au produit de la mer par l’excellent Chef Christopher Coutanceau.

En blanc et en rouge, les grands crus de graves nous convient pour une belle dégustation à la découverte de leur grands et seconds vins en 2014 pour les rouges et en 2015 pour les blancs.

  • 2015 en blanc : une belle année mise en valeur par ces crus d’exception. Au RDV élégance, fraicheur pour les blancs, des vins d’éclats pour ces 2015.
  • 2014 pour les rouges, ce millésime compliqué sauvé par un été indien qui l’élèvera en comparaison des précédents millésimes, vers de beaux vins puissants et énergiques en Graves.

Place à la gastronomie : à grands vins, grande gastronomie !

Pour célébrer comme il se doit cette nouvelle fin de vendanges, un repas étoilé a été préparé par Christopher Coutanceau **, orchestré par Monblanc et épaulé par le service de l’école Hôtellière de Talence.

Pas forcément rassurée pour ma part car, intolérante à l’iode je suis allée avec prudence dans ce dîner spécial exclusivement conçu autour de produits de la mer ;). Mais c’était sans compter sur le talent de ce Chef étoilé Christopher Coutanceau, doublement étoilé pour son établissement ** de La Rochelle. Une vraie réussite grâce notamment à sa belle et généreuse cuisine qui nous a offert un repas explosif pour nos papilles.

Sa cuisine a sublimé les vins des Crus Classés de Graves. Ces 14 Crus Classés de Graves représentent 14 Châteaux, situés dans l’appellation Pessac- Léognan. Comme l’ont fait j’en ai aucun doute ses prédécesseurs : les chefs Michel Roux, Alain Passard, Pascal Nibaudeau, Régis Marcon, Philippe Etchebest, Patrick Guilbaud, Alain Dutournier, Jean Coussau et bien d’autres encore…

Les grands Crus de Graves

Au total  14 Crus Classés de Graves ont proposé de grands millésimes (de 2003, 2005, 2006, 2008, 2010, 2011, 2012) pour accompagner ce dîner parfait.

Etaient présents : Château Haut-Brion (1er Grand Cru Classé en 1855), Château Bouscaut, Château Carbonnieux, Château Couhins, Château Couhins-Lurton, Domaine de Chevalier, Château de Fieuzal, Château Haut-Bailly, Château La Mission Haut-Brion, Château Latour-Martillac, Château Malartic-Lagravière, Château Olivier, Château Pape Clément et Château Smith Haut Lafitte, avec leurs propriétaires, directeurs généraux et directeurs techniques

Pas simple de tester ou d’avoir le plaisir d’accorder tous ces fabuleux mets avec tous les accords possibles et proposés ce soir là. Il a fallu faire des choix… Et si entre tous ces grands crus, le choix même cornélien, n’a pas été facile, on ne va pas se plaindre de devoir à choisir entre l’or et le soleil ;).

Donc finalement pour ma part, j’ai eu la chance d’associer et de me régaler avec : 

 

  • Le carpaccio de Saint Jacques au caviar et coquillages assorti avec un domaine de chevalier 2011 en Magnum
  • Le bar en ligne, cannelonis de céleri d’encre, poulpe et artichaut violet, un Chateau Couhins 2012 qui par sa vivacité et sa jeunesse a très bien accordé ce plat
  • Le civet goumand de Homar Breton, petits légumes de saison et raviole de champignons, qui pour ce duo mer/champignons s’est parfaitement allié avec un Chateau Olivier 2008
  • La Marguerite de Comté et truffes noires où un magnum de Haut Brion 2005 était proposé, j’ai préféré un Château Haut Bailly 2011
  • Et pour le final Mignardise, et autres surprises, au choix le magnifique Château Guiraud ou un excellent Armagnac Darroze

Moments forts, hommage à Christine Guérard, aux femmes et à la Gastronomie française

En préambule de ce grand repas à l’honneur de notre belle et fabuleuse gastronomie française, Olivier Bernard, notre hôte, a tenu a rendre hommage à une grande dame qui nous a quitté trop trop : Christine Guérard, non par le silence mais sous un tonnerre d’applaudissements, un « standing ovation » pour célébrer sa mémoire.

L’occasion aussi de rappeler que derrière chaque homme, réside de grandes dames comme notre gastronomie et notre tradition française.

« Ce sont ainsi 79 établissements qui sont présents ce soir de partout en France, de Corse, de Jersey et d’Espagne. 61 étoiles sont réunies dont 7 établissements 2**. Merci d’avoir passé un moment d’excellence et de convivialité avec vous. »

Et pour les remercier, 14 établissements ont été récompensés selon leur carte de vins par de 1 magnifique magnum d’une des propriétés réunies ce soir.

Un grand merci à :

Photos 27e  Soirée des Accabailles Crédit : Crus Classés de Graves

Au pays des grands vins, on croise de grands chefs : Jean-François Piège

Au pays des grands vins, on croise de grands chefs : Jean-François Piège

Primeurs 2017 : un jour un chef au Château La Dominique

Entre Bordeaux SoGood et Exphotel, les RDV « gastronomie » de Bordeaux, j’ai eu envie de revenir sur un événement qui s’est passé pendant les primeurs à Bordeaux :

Ma rencontre avec le grand Jean-François Piège grand chef étoilé du Grand Restaurant.

En 2017, le Château La Dominique a eu l’excellente idée de confier les clés de la cuisine du célèbre Terrasse Rouge aux grands Chefs étoilés. Opération : « 1 jour 1 Chef ».

Terre de vins a même classé cet l’événement comme l’incontournable des primeurs en 2017 : Paroles de ChefsC’est donc avec un immense plaisir que j’ai accepté cette invitation que j’aimerais partager avec vous, chers lecteurs.

Retour sur un moment d’exception !

Faire un stop au Château La Dominique, pendant les primeurs, c’est non seulement un excellent moyen de découvrir les nouvelles cuvées de leur grand cru, mais c’est aussi l’occasion de déguster en avant première tous les vins suivis par Michel Rolland.

Oui, vous n’aurez que l’embarras du choix parmi tous ces délicieux flacons !

Cette année, le scoop du Château La Dominique, leur originalité, a été la remise de « Les clés de château ».

Ces clés, traditionnellement données à des stars du cinéma ou du petit écran, cette année ce sont les grands chefs étoilés qui ont eu la l’honneur d’être les ambassadeurs du Château La Dominique Saint-Emilion Grand Cru.

Mais quelle fabuleuse idée… car qui mieux que ces grands chefs, pouvait au mieux représenter ces grands vins ! Une évidence pour le plus grand plaisir des dégustateurs ;). Et pas des moindres, au menu :

  • Jean-François Piège,
  • Pierre Gagnaire,
  • Alain Dutournier,
  • Cyril Lignac,

Une pause déjeuner avec Jean-François Piège

Un moment privilégié pour aller à la rencontre de Jean-François Piège qui a eu la gentillesse de répondre à toutes nos questions.

Et je peux vous assurer qu’elles furent nombreuses !.

En préparant cet article et en réécoutant toutes nos conversations, je remercie sincèrement Jean-François Piège qui a eu la patience de partager avec nous son savoir et ses avis sur la grande cuisine et les grands vins.

Et de rester calme devant nous, blogueurs dissipés, vrais mitraillettes à questions. Les débats furent animés et passionnants.

Place aux questions pour Jean-François Piège

Votre vision du vin dans la grande cuisine ?

JF Piège « Le vin en fait parti, c’est le compagnon essentiel. c’est la réunion nos deux univers qui en fera la force. C’est la jonction des convives, c’est la façon dont on mange : c’est l’art de la table, c’est le service et c’est le vin aussi. Moi  j’y crois beaucoup.
On peut même aller plus loin « La légère ivresse que procure la dégustation permet d’atteindre des plaisirs dans la cuisine qu’on ne peut pas atteindre en buvant de l’eau »

Comment sélectionnez-vous vos vins ?

JP PIège : J’ai 2500 références (35 000 bouteilles) déployées sur mes trois restaurants.. Cela demande une très bonne gestion des stocks et de la carte des vins.
Un vin peut être bon à un moment donné puis s’en va et revient et nous faisons très attention à ca. Il faut comprendre les vins pour bien les assortir.
J’ai à peu près entre 1500 et 2000 références sur ma carte et puis autant qui ne sont pas sur carte, qui sont là à attendre sur la carte des vins. J’y travaille beaucoup, mais c’est un gros effort que je fais pour les vins que je propose, d’autant que je suis passé de 5000 à 35 000 bouteilles en quelques années. Mais surtout, je veux avoir la compréhension du vin.
Dans mon restaurant, je fais un menu grand cru. On a construit ce menu grand cru à travers les vins. Ce menu « Grand crus » c’est aussi un menu où l’on a envie de partager une certaine vision des grands crus. Même si on a pas que ça sur la carte !.
C’est difficile de se faire l’image d’un vin tant quand on n’a pas visité le vignoble. Quand on vient ici Saint-Emilion ou à Pomerol, où quand soit, on voit le calcaire derrière. On comprend mieux le vin. Cette connaissance est primordial : comme on connaît les ingrédients de notre cuisine, il faut qu’on connaisse aussi les ingrédients sur notre carte des vins, ça fait partie du repas »

Des vins de Bordeaux ?

JF Piège : « Je pense que la qualité n’a fait que progresser à bordeaux. Le travail des restaurateurs est d’avoir des vins qui soient, à l’instant T, un moment de plaisir avec de grands millésimes ou de moins grands : l’accessibilité dans l’immédiat…
2007 par exemple n’est pas un millésime qui fait rêver ou comme un 2012 qui ne restera pas forcément une année mythique à Bordeaux et pourtant on trouve des vins prêts à boire qui procurent un immense plaisir  !
Sur notre opération « carte sur table », nous proposons un Palmer 2007 ou un Gazin 2012 qui se goûte parfaitement bien. C’est là qu’il y a un vrai travail de la part des restaurateurs ».

En parlant du Bordeaux Bashing ?

JF Piège : « Quand on est leader, on a tendance à se faire attaquer.  Bordeaux, c’est fait. Et quand on descend de son piédestal, les autres montent, mais ils vivent les mêmes symptômes. Et donc, aujourd’hui il y a un rééquilibrage qui se fait naturellement. Bordeaux est toujours une référence incontournable ».

Revenons à la cuisine

Au menu des ces primeurs : Un ris de veau mijoté sur des coques de noix, mousseline de noix

Mijoter c’est quoi ? Mijoter c’est prendre le temps.

Mijoter, c’est abaisser la température et augmenter le temps simplement.
Aujourd’hui on n’a pas beaucoup de temps, il y a peu de temps pour passer à table et il fallait trouver quelque chose.
Donc  j’ai trouvé des coussins de température, c’est à dire on met des coques de noix, on dort le ris de veau et on finit de le cuire tout doucement sur sur ces coques de noix. Il prend alors un goût assez griotté servi avec une mousseline de noix.
J’ai pas inventé le ris de veau, j’ai pas inventé les noix, j’ai pas inventé la mousseline mais simplement la façon de le préparer et la façon de se l’approprier. Elle est devenue la mienne.

C’est comme ça que j’ai créé l’identité culinaire du restaurant en appropriant des pratiques et et des ingrédients très français mais en les amenant dans mon environnement, dans mon univers C’est aussi un peu ce que peut dire Michel Rolland quand il parle des vins qu’il conseille.

Mon apport c’est la notion de plaisir. Au-delà de la technique, je suis essentiellement dans le plaisir.

Pour conclure

Un restaurant il faut être ouvert tout le temps car on vient célébrer quelque chose au restaurant et j’aime bien cette idée.
Je n’ai pas appelé mon restaurant « le Grand Restaurant » par prétention mais en souvenir du temps de mes parents où on allait en famille diner. C’est l’image que j’avais quand j’entendais mes parents dire « on va dans un grand restaurant ». C’était la définition ;)
« Ce qui est important c’est l’identité. La cuisine française est attachée au décor et à l’art de vivre. » . 
Ce n’est pas parce qu’on a mis des couverts en inox moderne que tout est fait, Il faut surtout conférer du plaisir ! 
.

Et avec cela, un excellent vin de notre terroir : Château La dominique

Dégustation : Millésime 2012

Œil : Vives nuances de pourpre, concentré, sombre.
Nez : Puissant, très fruits noirs, mûrs.
Bouche : Arômes de fruits rouges mûrs (myrtilles, cassis) et noirs, de truffes, de réglisse et d’herbes avec une minéralité très rafraîchissante. Les tanins sont doux et précis.

Notes de dégustation

Robert Parker : 90-93
James Molesworth : 89-92
James Lawther : 89
Bettane & desseauve : 17

  • Cuvier : cuves inox thermo-régulées
    Elevage : 12 mois en barrique de chêne
    Rendement : 45hl/ha
    Production : 90 000 bouteilles/an
    Propriétaire : Famille Fayat
    Œnologue conseil : Michel Rolland
  • Superficie : 30 ha – Sol : 25% de sols bruns argileux, 75% de sables anciens mêlés à la grave sur sous-couches argileuses
  • Encépagement : 85% Merlot, 15% Cabernet Franc
  • Age moyen de la vigne : 30 ans – Densité : 6.700 pieds/ha
  • Mode de culture : enherbement naturel un rang sur
    deux en fonction de la vigueur. Travail des sols. – Taille : Guyot simple
  • Vendanges : entièrement manuelles

Une jolie légende voudrait que le nom, « La Dominique », vienne d’un riche marchand propriétaire des lieux à la fin du XVIIIe siècle et qui aurait baptisé ce lieu en souvenir de l’île éponyme dans les Caraïbes. Notons que le lieu-dit « La Dominique » figure sur la carte de Belleyme parue en 1785 et dans les premiers volumes du « Bordeaux et ses vins » des éditions Féret en 1868.

Le château La Dominique est superbement situé sur le Nord-Ouest de Saint-Emilion, voisin de Château Cheval Blanc et de Château Figeac, en bordure de l’appellation Pomerol où se situent Château l’Evangile et Château La Conseillante.
Elle fut la propriété de la famille Soualle, puis des Baillencourt (propriétaires du Château Gazin à Pomerol, contigu à Pétrus), jusqu’à l’acquisition par Clément Fayat en 1969. Aujourd’hui, le domaine combine judicieusement authenticité et modernité avec son chai contemporain signé Jean Nouvel.

Source : chateau-ladominique.com

Un site internet : chateau-ladominique.com

Château La Dominique 33 330 St-Emilion
Tel : +33(0)5.57.51.31.36 Fax : +33(0)5.57.51.63.04
contact@vignobles.fayat.com

Château La Dominique, Saint-Emilion Grand Cru Classé, Vignobles Fayat, sur les réseaux sociaux :

Buzet – 36e Ban des vendanges

Buzet – 36e Ban des vendanges

Vignerons de Buzet – Ban des Vendanges 2017

Début septembre, j’ai la grande chance, l’honneur d’être intronisée dans la confrérie des Vignerons de Buzet. Une expérience passionnante, très importante pour moi (voire un peu stressante, je dois l’avouer), que j’avais envie de vous raconter.

Retour sur une belle soirée pleine d’émotions !

Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’en ce début d’année 2017, j’ai reçu un appel des Vignerons de Buzet me proposant d’être intronisée.

Quoi ? Qui ? Moi ? Vraiment ? Vous êtes sûrs ?…. un peu mon état d’esprit quand j’ai reçu l’annonce…

En même temps, pour moi c’est vraiment particulier, un honneur…. je vous explique pourquoi…

Les vins de Buzet et moi

Les vins de Buzet ce sont surtout mes premiers souvenirs œnologiques, mes premiers verres, ma 1ère éducation du vin… Car à l’époque, à la maison sur la table, c’était toujours une bouteille de Buzet ». Même, si j’ai dû attendre l’âge responsable, pour commencer à y goûter !

C’est toujours avec émotion que je revois mon père en boire chaque jour un verre pendant les repas, décrétant même que cela était « moins sucré et moins nocif » pour lui qu’une assiette de tomates pour son diabète… Aujourd’hui je suis bien d’accord avec lui ;)

Vous comprendrez que cette intronisation est réellement un grand honneur et représente beaucoup pour moi (et j’espère que de là haut mon père est fier de moi…)

De plus, il faut l’admettre, depuis, la Cave de Buzet a réellement fait un travail impressionnant…

Devenus une référence, ils sont aujourd’hui un exemple de savoir-faire pour une viticulture responsable en respectant les valeurs de notre chère nature et de notre patrimoine agricole.

Alors je vous remercie sincèrement encore, les Vignerons de Buzet, pour cet honneur et soyez sûrs que je porterai haut les couleurs des vins de Buzet que ce soit auprès de mes amis que sur les réseaux sociaux.

#MerciLesVigneronsdeBuzet #SantéBuzet !

Les vins de Buzet, ce sont les vins de Ma région…

Avant d’être étudiante sur Bordeaux, j’ai passé tout mon enfance à Nérac, en Lot et Garonne, où l’on trouve et l’on déguste du BUZET !.
Après un petit passage par Paris, je suis de retour depuis 10 ans en Aquitaine où, depuis je redécouvre ma région et ses multiples atouts sans oublier mes origines : l’Albret, un havre de paix en Nouvelle Aquitaine.

Comme vous le savez sans doute déjà, je travaille dans les médias sociaux. Loin de cloisonner les personnes, chacune dans leur coin, le web multiplie les opportunités de rencontres, les découvertes, et le partage… Mon premier média était Twitter. J’aimais et j’aime y partager mes découvertes œnologiques ; Grâce à ce média, j’ai pu découvrir le fabuleux « monde du vin » et en partager les valeurs mais aussi y rencontrer des personnes passionnantes. Et aujourd’hui, à travers ce blog, j’ai envie de mettre en valeur notre terroir, son savoir-faire et de le faire-savoir, comme dans un mégaphone, via les réseaux sociaux….

J’essaye ainsi de vous partager mes expériences et mes découvertes. Comme récemment avec les cuvées Vegan des Vignerons de Buzet et surtout leurs savoir-faire en matière de développement durable.

Mais restons sur l’essentiel : vous raconter l’ambiance du Ban des Vendanges des Vignerons de Buzet.

Ban des vendanges 2017 – Intronisation

Le Ban des Vendanges des Vignerons de Buzet, c’est un événement attendu par de nombreux lot et garonnais. Il initie les grands RDV de la rentrée dans notre département. Preuve en est, la présence de plus de 500 personnes ce soir-là (et on pouvait même y compter un maire, un sénateur, un député et un préfet…). Et là, le niveau de stress monte ;).

Le jardin des Filtres inauguré

Il faut dire aussi que ce soir là, la Cave de Buzet avait une grande nouvelle à annoncer :

Un nouveau « Jardins des Filtres », une station de phyto-épuration avec  0 intrants chimiques et 100% plantes locales non invasives.

N’hésitez pas à faire un tour sur les articles de La Dépêche et Le Petit Bleu pour plus de détails.

www.petitbleu.fr – 6 sept 2017

« Au cœur de l’événement, il y avait, cette année, l’inauguration en grande pompe du «jardin des philtres». C’est le doux nom donné au plus grand (5 000 m2) écosystème d’épuration en Europe dans la filière vitivinicole. 9 000 plantes de 30 espèces différentes prélevées dans un rayon de 30 km forment une station de phyto-épuration qui permet de traiter les effluents viticoles. »

www.ladepeche.fr – 4 sept 2017

« Rappelons que cette station de phyto-épuration viticole est la plus grande d’Europe. Son principe est basé sur la récupération de tous les effluents dans une immense cuve où ils sont aérés et véhiculés dans un bassin supérieur avant le passage dans des filtres naturels garnis de 9000 plantes des marais issues de trente espèces différentes endémiques. Les filtres déversent l’eau dans un bassin central avant restitution dans la Baïse après passage dans le ruisselet situé en contrebas. La conception de cette station fondée sur le biomimétisme est économe en énergie et sans intrant chimique. Elle est deux fois moins chère qu’une station d’épuration classique. Cet espace enrichit la biodiversité locale et constitue un lieu de balade instructive. »

La soirée d’intronisation

Comme on est quand même dans le Sud-Ouest, vous imaginez bien, que pour un tel événement, un buffet gargantuesque avait été préparé…

C’est Michel Dussau qui a eu la lourde charge de régaler tous les convives gourmets et gourmands présents. Des tentes se sont illuminées au fur et à mesure des 5 plats proposés (tous aussi bons les uns que les autres).  Autant vous dire que tout le monde était en excellente condition pour le spectacle à venir. 

C’est donc avec un peu, beaucoup d’appréhensions ou plutôt d’émotions que j’attendais avec impatience cette cérémonie. Une première pour moi… Heureusement la chaleur humaine des vignerons de Buzet et de la confrérie m’ont accompagnée jusqu’à la scène, entourée et réconfortée.

On se sent très bien en Buzet ! C’est très très impressionnant d’arriver sur scène, devant plus de 500 personnes, et de passer après plusieurs sommités renommées telles que :

  • Alain Ribet, journaliste, ex-directeur d’Objectif Aquitaine
  • Roland Tournier, directeur de Ingevin
  • Thierry Blot, directeur départemental Lot-et-Garonne de la Banque de France
  • Zac Juao, importateur de buzet en Chine
  • et Alexandre Freschi, député LREM Marmande

Heureusement pour ce grand moment tant attendu, j’étais entourée par ma famille (frère, mère, oncle, tante…) et par mes deux plus fidèles amis de longue date qui se reconnaîtront : merci à tous pour votre soutien et vos messages…

L’intronisation

Le principe pour les intronisations lors du Ban des Vendanges des Vignerons de Buzet, est représentatif de notre région : convivialité et potacherie. Un vrai spectacle porté par un grand maître de cérémonie qui orchestrera magnifiquement et parfaitement cette soirée : Jean-Pierre Dupin.

Pierre Bellemmare disait de lui « Je me suis toujours demandé comment un homme pouvait entrer totalement dans la personnalité d’un autre, prendre ses tics, sa gestuelle, sa voix, devenir l’autre le temps d’un spectacle. Jean Pierre Dupin excelle en cet art si particulier et y ajoute son humour et sa vue pertinente du monde où nous vivons. » . Et il est vai qu’il porte cette cérémonie et qu’il en fait un vrai spectacle, chaleureux, délirant et convivial, aux couleurs de cette appellation Buzet si chère à notre région.

Sachant que même si Jean-Pierre Dupin nous accompagne, en vrai professionnel, pour préparer cette cérémonie, on ne sait jamais avec lui à quelle sauce on sera mangé sur scène. Car comme un vrai pro du spectacle, gascon de surcroit, il embarque toute la salle vers un bonheur absolu…. et pour moi jusqu’à me faire danser sur la scène….

Par ailleurs, certains ont eu moins de chance que moi et ont du répondre à ses questions un tantinet facécieuses… mais toujours pour le plus grand plaisir du public.

Heureusement pour moi, j’ai simplement dû expliquer, les réseaux sociaux et les blogs, un terrain moins connu… oufff… mais ce n’était pas le cas pour tout le monde et certains ont du sortir de leur zone de confort… Mais je n’en dirai pas plus… et pourtant c’était hilarant….

Et c’est donc après 15 minutes intenses devant une scène que je ne voyais plus (Oui tout est noir quand vous êtes sur scène) que j’ai été officiellement intronisée dans la confrérie des Vignerons de Buzet !

Je suis encore toute émue en repensant à cette soirée qui a été un réel honneur, être dorénavant Chevalière des Vins de Buzet.

Je vous l’assure, je suis impatiente de revenir l’année prochaine pour assister à cet événement qui pour moi sera un RDV incontournable (comme pour tout winelover qui se respecte).

De plus, de nombreux talents de notre département ont rythmés cette soirée. Comme le Chœur des Hommes, quelle émotion quand ils ont entamé « Se Canto », un chant qu’on apprenait mino… le tube occitan de ma génération…

Vive la gascogne !!!! 🐍🍇🍷 @vigneronsdebuzet #winelover #igersagen

Une publication partagée par Amélie Nollet - ShareBordeaux (@amelienollet) le

Allez il est temps de terminer. Je vous laisse avec quelques photos de cet événement. Un instant qui restera parmi les grands moments de ma petite vie de wineloveuse. Et ravie d’avoir partagé ce beau moment avec vous ce et les Vignerons de Buzet.

Trop trop fière #intronisee lors du Ban des Vendanges @vigneronsdebuzet #regram @annelysb #winelover #wine #Buzet🍷 #bandesvendanges #harvest

Une publication partagée par Amélie Nollet - ShareBordeaux (@amelienollet) le

Allez tous pour Buzet ! Un Like, des ‘follow’ pour cette appellation qui aime la nature, le bon vin et ses consommateurs :

Et surtout, un petit tour par leur site pour découvrir toutes les actions et nouveautés qui ne cessent jamais aux www.vignerons-buzet.fr

TEDxBordeaux de retour en 2017 : qu’est ce que tu crois…

TEDxBordeaux de retour en 2017 : qu’est ce que tu crois…

TedxBordeaux l’événement de cette rentrée 2017.

180 places au tarif de 45€, qu’est ce que tu crois ? Ce qui est sûr c’est que toutes les places vont partir comme des petits pains. Un Tedx c’est un événement à vivre au moins une fois dans sa vie, c’est inoubliaaaable !

Et même si j’ai déjà pu lire sur le net que certaines personnes trouvaient ce tarif un peu cher, je peux vous assurer qu’il n’en est rien… quand on sait tout le travail que demande la préparation d’un tel événement.

Je vous parle en connaissance de cause j’en ai vécu trois des TEDxBordeaux et les deux premiers, en tant que volontaire.

Une expérience qui m’a bouleversé et qui a changé beaucoup de choses pour moi, en bien évidemment ;)… C’est tout le mal que je peux vous souhaiter.

Oui pour un TEDx, toute l’organisation est bénévole. Toutes les recettes des participations vont pour les frais généraux : la technique, les diffusions, les déplacements des speakers, la nourriture et les boissons offertes pendant toute la soirée,mais aussi tous les frais qui s’ajouteront…

De même sans les partenaires, un événement comme TedxBordeaux ne pourait pas avoir lieu.

Et en plus, comme chaque année, un vigneron au grand coeur, qui produit un vin comme lui, intellligent et convivial : les vins de Régis des Vignobles Chaigne vous offrira ses plus belles cuvées.

Alors Bravo à l’équipe 2017 et à tous ses partenaires car croyez moi c’est du boulot : un investissement d’une année entière, un TEDxBordeaux !

C’était en 2014 : retour sur mon expérience TEDX Tedxbordeaux-2014 (ancien article)

Pour tous ceux qui n’auront pas la chance de pouvoir y assister en direct près de 20 lieux relais, dans toute la Nouvelle-Aquitaine, pour suivre les talks depuis les Deux-Sèvres ou encore le Pays-Basque

Pour sa 6e édition, l’équipe du TEDxBordeaux 2017 a choisi pour thème : « Mais qu’est-ce tu crois ? ».

Mais qu’est ce que tu crois : Une formule dont chacun se sert dans la vie de tous les jours. Elle nous interpelle en tant que personne mais également dans nos relations au reste du monde. Le thème du TedxBordeaux 2017 une formule certes, mais loin d’être anodine. Elle porte en elle une pointe d’impertinence, elle nous interpelle en tant que personne mais également dans nos relations au reste du monde. Il faut l’entendre comme une invitation à nourrir le champs des possibles, partager et lâcher – prise, se laisser heurter tout en respectant les postures de chacun dans ce qui constitue nos croyances quelles qu’elles soient. Dans la recherche d’une représentation du réel, nous avons besoin d’appréhender la vision de tous. Les 12 speakers sélectionnés pour illustrer ce thème vont partager avec les spectateurs leurs expériences de vie, et parfois bousculer quelques à priori.

Mais pour découvrir tous les intervenants au TEDxBordeaux, va falloir être patients et curieux, car en général ils ne sont dévoilés qu’au dernier moment. Seule certitude : ils vont vous captiver !

Et mon petit doigt me dit que pour ce TEDxBordeaux, un minimum d’incertitude devra vous accompagner pour aller au bout de l’aventure…

Car comme l’a annoncé l’équipe du TEDxBordeaux 2017 en parsemant des indices tout au long de cette année : « Le thème va bouleverser vos certitudes… »

Chaque certitude est fonction de la personne qui la porte, et vous savez quoi ? Il se pourrait bien que deux certitudes contraires aient chacune raison ! Nous ne nous targuons d’aucune vérité, d’aucun savoir, et ce choix éditorial en fil rouge du TEDx2017 vise justement à rappeler que la liberté de croire, de douter, de se tromper, d’avoir un parti-pris et de le voir bouleversé par une rencontre, que cette liberté-là est un fondement essentiel de notre humanité profonde.

Objectif 2017 : viser le long terme

L’association TEDxBordeaux a d’ores et déjà un objectif à long terme : tisser des liens territoriaux. Une réelle volonté de la part de l’association de couvrir l’ensemble de la Région Nouvelle Aquitaine et de l’impliquer à travers tous les acteurs de l’innovation et de la disruption locale. Ceci pour

« privilégier pour les prochaines éditions la sélection et la mise en valeur de speakers de proximité, au même titre que des speakers internationaux et nationaux. Une dynamique engagée avec d’autres équipes organisatrices de TEDx en Nouvelle-Aquitaine, et soutenue par des partenaires locaux sans qui l’événement ne pourrait avoir lieu ».

TEDxBordeaux 2017, soyez prêts ! Qu’est ce que tu crois…

Participer au TEDxBordeaux 2017

Devant le nombre important de demandes et le nombre toujours limité de places pour assister au TEDxBordeaux, la règle est : on s’inscrit et on croise les doigts pour être retenu.

Donc pour tenter votre chance RDV sur le lien suivant : inscriptions 2017 (le lien)

Sinon direction les lieux relaisTedxBordeaux : Liste des lieux relais 2017

C’est différent mais c’est aussi un formidable moyen d’aller à la rencontre d’autres adeptes des TEDx ;), les TEDx-Loveurs.

Infos Pratiques

  • TEDxBordeaux 2017 : le samedi 14 octobre 2017 de 14h à 21h.
  • Lieu : la Cité du Vin (134 Quai de Bacalan, 33300 Bordeaux)
  • Tarif : 45€ (pour les conférences à la Cité du Vin & le cocktail de clôture)

Pour suivre leurs actualités, retrouvez TEDxBordeaux sur les réseaux sociaux :

Et pour toutes autres informations, le site internet www.tedxbordeaux.com

Pin It on Pinterest

Share This